Journal de bord | 2/2020

En juillet, je suis allée au parc archéologique de Samara, près d’Amiens et parmi les ateliers en service ce jour-là, il y avait l’atelier textile 😊 Il y avait bien sûr un métier à tisser vertical et des fuseaux et fusaïoles mais aussi de la teinture aux pelures d’oignons en cours. Mais ce qui m’a le plus intriguée, c’était des petites plaquettes de bois placées sur les bordures du métier à tisser.
J’ai demandé à l’animatrice et elle m’a expliqué qu’il s’agissait d’un petit dispositif qui servait à créer facilement des motifs spécifiques pour la bordure de son tissu mais que ça pouvait être utilisé séparément pour tisser des galons. Ça m’a rappelé ce que j’ai lu sur le blog de Kate Davies qui a récemment suivi un stage de tissage de galons et fait maintenant de jolies ceintures.
J’ai tout de suite accroché et j’ai cherché des infos sur internet et sur Youtube. Je suis tombée sur le tuto de Micky, il date un peu maintenant et les liens ne sont plus forcément actifs, mais il reste très clair et bien expliqué. Il n’y a pas besoin de beaucoup de matériel pour commencer : du carton ou des cartes à jouer, du fil, une ceinture et une pince. Alors je le suis lancée :

premier essai : comme c’est émouvant !

Comme souvent, un premier essai ce n’est pas très réussi : c’est tout irrégulier et mon fil – un simple coton à tricoter – n’est pas très adapté, mais ce n’est pas grave, j’étais contente d’avoir tenté et ça m’a donné envie de continuer.
Je me suis souvenue que j’avais du fil de coton mercerise nettement plus fin pour faire des frivolités, du Lisbeth de taille 10 et 20. J’ai donc recommencé :


Ça me permet de faire du tissage même dans un petit appartement !

même ma fille a voulu essayer 🙂

Ensuite, j’ai continué à chercher des infos et j’ai trouvé ce livre écrit par deux Australiens d’origine islandaise si j’ai bien compris : The Simplified Guide to Historical Tablet Weaving. Le tissage aux tablettes est très en vogue chez les gens qui font de la reconstitution archéologique et notamment pour les périodes du haut Moyen Âge dans le nord de l’Europe, même si ce type de tissage est connu partout dans le monde. C’est dû aux nombreuses découvertes archéologiques de restes textiles effectuées dans les pays scandinaves ou dans les endroits où les conditions du milieu ont permis la conservation des textiles (zones de tourbières, mines de sel, etc.)

Jai testé le premier motif proposé dans le livre avec de la laine 20/2 achetée à l’atelier de Micky.

Laisser un commentaire